Wednesday, June 30, 2010

A similar Analysis

Thierry Desjardins offers an analysis of the current situation similar to mine. First, he wonders why Sarkozy is putting off the cabinet reshuffle until October:

Seulement voilà, Sarkozy n’est pas pressé. Ce remaniement, a-t-il précisé, aura lieu en… octobre prochain. Pourquoi ? On ne comprend pas. Il y a le feu dans la baraque et il est évident que chaque jour, vacances ou pas, on va continuer à nous sortir des affaires, des scandales car il y en a, paraît-il, encore plein les tiroirs et même des placards entiers.

He notes and dismisses the idea that Woerth is indispensable for retirement reform:

A l’Elysée, on répond qu’il faut en terminer avec la réforme des retraites et qu’il est impossible que Woerth ne conduise pas à son terme cette réforme qui sera, dit-on toujours à l’Elysée, « la grande œuvre » du quinquennat. Mais on oublie, d’abord, que cette réforme avait été confiée à Xavier Darcos et que Sarkozy ne s’est pas gêné pour le déboulonner sèchement au lendemain de la catastrophe des régionales et, ensuite, que ce malheureux Woerth est maintenant mort politiquement. Il ne pourra plus jamais mener des discussions avec les syndicalistes ni persuader l’opinion que quoi que ce soit.

And then he wonders about bringing in Juppé, suggesting that Juppé may recognize the possibility of a trap:

Certains disent que Sarkozy cherchent des « volontaires » et qu’on ne se bouscule pas en ce moment pour monter dans sa galère. Même Juppé ne serait plus très chaud. Et Borloo non plus.
En fait, il semble bien que Sarkozy s’imagine qu’avec l’été, les choses vont se calmer, s’oublier. Il a tort. Il n’a pas entendu les trompes sonner l’hallali. Il est aux abois et ne s’en rend pas compte.

Another Way to Bury the Affair

OK, now François Baroin, current minister of the budget, has announced that the Inspection des Finances will investigate the Woerth affair. Obviously they think this will prick the blister. The strategy is now clear: announce a ministerial shakeup for October, back Woerth publicly, launch an internal investigation, and try to keep the lid on:

Invité du journal télévisé de France 2, mercredi 30 juin, le ministre du budget, François Baroin, a annoncé qu'il allait saisir l'Inspection générale des finances afin qu'elle mène une enquête sur l'affaire Woerth-Bettencourt et qu'elle mette "tout sur la place publique". Le rapport devrait être disponible dans "une dizaine de jours", selon le ministre. (France 2)

It might even work. This isn't the United States. No special prosecutors. No out-of-control cable news networks. No more caustic comedians on the radio. Generally docile media. If MediaPart had any more in its recordings, we'd know it by now, right?  If Le Canard enchaîné had the goods, they'd be out there. Etc. etc. So Sarko has concluded that all he's got on his hands is a perception problem, to be handled by the usual methods. I'm not so sure.

Sarko Cracks

As I predicted, mounting pressure on Sarkozy, primarily owing to proliferating scandals and growing resistance to retirement reform, has finally forced him to act--or at any rate, to consider acting, according to this flash:
Nicolas Sarkozy prévoirait un remaniement ministériel pour octobre
Nicolas Sarkozy "réorganisera le gouvernement en octobre et tirera sévèrement les conséquences du comportement de ministres", a affirmé mercredi sur Twitter l'UMP Yannick Favennec, qui participait à la réception des députés UMP par le chef de l'Etat à l'Elysée.
Now we'll see if my prediction of yesterday comes true: Fillon demoted to replace Woerth, Juppé to become PM. But whatever happened to super-Sarko? October? This is June. When he came into office he was jogging, jetting, and jitterbugging around the clock, but now his government is falling apart and he gives himself until October to do something about it. Strangely lethargic. He's beginning to resemble Chirac more and more, which must astonish him when he looks in the mirror while shaving and thinking about 2012.

Ségo Quotes Montesquieu

Ségolène Royal was on TF1 last night attacking Sarkozy's government as "corrupt." To prove her case, she cited Montesquieu's definition of corruption, glancing down at her notes to make sure she had it right. Vive les classiques!

Bilan Globalement Négatif

Frédéric LN asks whether any part of Sarkozy's record is positive. His answer:

La 1ère réponse qui me vient à l'esprit est : le fait que la principale mesure du pseudo-"plan de relance" ait été une accélération des remboursements de l'Etat aux entreprises (alors que les années précédentes, la règle était que l'Etat se fasse de la trésorerie sur le dos de ses créanciers). Cela a sans doute évité des faillites d'entreprises structurellement viables, mais que les conditions de paiement de l'Etat fragilisaient. Au-delà de cette 1ère réponse : le caractère bidon du "plan de relance" était une très bonne chose. On a évité, malgré la pression médiatique, de creuser le trou plus profond par des dépenses aléatoires ou clientélistes (disons : cela s'est bien produit, mais peu).
2- L'instauration du RSA me semblait partir d'un bon principe. Je ne saurai pas dire aujourd'hui si les résultats sont plus positifs que négatifs ou l'inverse. En tout cas, s'ils étaient tragiques, je pense que ça se serait su.
3- Il y a peut-être des points positifs dans ce qui est resté du Grenelle de l'environnement. Bâtir de façon plus économe en énergie me semble un bon investissement de long terme (c'était déjà programmé, mais si j'ai bien compris, la "loi Grenelle" a accéléré le calendrier).
Bon ... j'ai passé en revue tous les grands sujets et je ne trouve rien d'autre.
Mais peut-être le sarkozysme, si dévastateur pour les sujets qu'il touche (ceux dont parlent les médias), permet-il derrière le rideau aux Ministres ou directeurs d'agence, de travailler efficacement dans la discrétion ? Je veux l'espérer - bien que les témoignages que j'aie sur différents sujets aillent tous dans le sens opposé - l'absence de sens sarkozystes (dite "mouvement brownien") semble créer de la paralysie de centres de décision à toutes les échelles. Ce qui ne répond certes pas, cette fois-ci, à la question de départ.

I like the image of Sarkozysm as "Brownian motion." That captures something essential about this presidency.